Le récit dans le récit

  • Imprimer

 

Pierre

REVERDY

 
 

 

Il s'agit ici de l'exercice consistant à repérer dans l'écrit "long" des passages qui, détachés de la totalité, peuvent parler en autonomie avec les accents du récit-page.

 

 

Les pays

 

Le train va par-dessus les toits, si haut, si calme… Il ne traverse pas le paysage, il le rêve. Il frôle des villages engourdis et des cités humides, ankylosées par le brouillard, hérissées de silos, de cimenteries et de transformateurs, avec leurs jardinets étriqués, leur marché du samedi matin, et leurs ménagères à gros cabas qui piétinent dans les flaques.

Ce sont des pays d’ardoise et de granit, gris jusqu’à disparaître derrière leurs rideaux de pluie, immobiles sous les mêmes croûtes d’herbe depuis le commencement des temps. Les prés qui bordent le ballast ont la nostalgie de l’herbe, les rivières le regret de l’eau, et le ciel a peur des nuages.

Ces pays du bout du monde et de soi-même aboutissent à des grèves de sable et des chaos de rochers où bondit la mer.

Le livre de mon bord, Notes 1930-1936, Mercure de France
Titre de l'extrait l'éditeur

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn