Le récit dans le récit

 

 

André

GIDE

 
 

 

Il s'agit ici de l'exercice consistant à repérer dans l'écrit "long" des passages qui, détachés de la totalité, peuvent parler en autonomie avec les accents du récit-page.



Marais !

 

J’ai traversé de grandes landes, de vastes plaines, d’interminables étendues ; même en les collines très basses, la terre à peine soulevée y semblait encore endormie. J’aime errer au bord des tourbières ; des sentiers y sont faits où la terre tassée, moins spongieuse, est plus solide. Partout ailleurs le terrain cède et sous les pieds l’amas des mousses s’enfonce ; pleines d’eau les mousses sont molles ; des drainages secrets, par places, les assèchent ; il pousse alors dessus de la bruyère et une espèce de pin trapu ; il y rampe des lycopodes ; et l’eau par places est cantonnée en flaques brunes et croupies. J’habite les bas-fonds et ne songe pas trop à me hisser sur les collines, d’où je sais bien qu’on ne verrait rien d’autre. Je ne regarde pas au loin, bien que le ciel trouble ait son charme.

Parfois, à la surface des eaux croupies, s’étale une irisation merveilleuse, et les papillons les plus beaux n’ont rien de pareil sur leurs ailes ; la pellicule qui s’y diapre est formée de matières décomposées. Sur les étangs, la nuit éveille des phosphorescences, et les feux des marais qui s’élèvent semblent celles-là mêmes sublimées.

Marais ! qui donc raconterait vos charmes ?

Extrait de Paludes, 1895 (Titre de l'éditeur)


Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Informations supplémentaires